Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nicolas Sarkozy en Nouvelle Calédonie

Les victimes de l’amiante lui demandent d’intervenir auprès du gouvernement calédonien pour obtenir enfin réparation

Malgré une ordonnance parue il y a 27 mois, les victimes de l’amiante calédoniennes ne peuvent toujours pas être indemnisées par le Fiva. L’Adeva NC et l’Andeva ont écrit à Monsieur Harold Martin, président du gouvernement de Nouvelle Calédonie pour lui demander de signer rapidement une convention avec le Fiva pour mettre fin à cette injustice. A l’occasion de la venue du président Sarkozy dans l’île, elles lui ont écrit pour lui demander d’intervenir auprès des autorités calédoniennes.

L’Ordonnance n° 2009-537 du 14 mai 2009 a ouvert la possibilité d’étendre l’instruction des dossiers par le Fonds d’indemnisation des victimes de l’amiante (FIVA) aux victimes calédoniennes qui en étaient jusqu’alors exclues.

L’article 53 de la loi du 23 décembre 2000 créant le Fiva a ainsi été complété par un paragraphe qui précise que « le fonds peut gérer, pour le compte de la Nouvelle-Calédonie, un dispositif d’indemnisation des victimes de l’amiante défini par cette collectivité dans le cadre de ses compétences, dans des conditions fixées par une convention conclue entre le fonds et la Nouvelle-Calédonie. »

Cette ordonnance  avait pour objectif de "garantir une égalité de droits entre les citoyens de métropole et d’outre-mer".  Lorsqu’elle est parue en mai 2009, les victimes de l’amiante calédoniennes, qui attendaient depuis des années ont repris espoir d’être rapidement indemnisées.

27 mois ont passé, et elles n’ont rien vu venir.

Les malades de l’amiante en Nouvelle Calédonie attendent depuis trop longtemps. Certains ont déposé leur dossier au Fiva il y a déjà 7 ans.  D’autres sont décédés dans l’intervalle. Cela nourrit une légitime amertume et un profond sentiment d’injustice. Un sentiment d’autant plus fort que les victimes environnementales sont nombreuses en Nouvelle Calédonie où l’amiante affleure à l’état naturel sur une partie du territoire. Elles n’ont aucun autre moyen d’être indemnisées que le Fiva.

C’est pourquoi l’Association de défense des victimes de l’amiante en Nouvelle Calédonie (Adeva NC) et l’Andeva ont écrit à Monsieur Harold Martin, président du gouvernement de Nouvelle Calédonie : « La décision dépend de vous, Monsieur le Président. Au nom de toutes les victimes calédoniennes et de toutes les familles de victimes décédées, nous vous demandons de prendre vos responsabilités et de signer au plus vite une convention avec le Fiva, afin de débloquer une situation qui n’a que trop duré ».

Elles se sont également adressées au président Sarkozy, à l’occasion de sa venue sur place, pour lui dire : « votre ordonnance ne doit pas rester lettre morte.  Nous vous demandons d’intervenir personnellement auprès des autorités calédoniennes afin qu’elles prennent rapidement toutes les dispositions nécessaires 

Tag(s) : #L'international

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :