Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vous avez certainement découvert l'article du journal Sud ouest du 6 septembre dernier faisant état de la reconnaissance de la faute inexcusable de la Monnaie de Pessac. Ci-joint le courrier adressé à la rédaction à la suite de l'erreur qui s'était glissée dans le compte rendu

 

Rédaction journal Sud Ouest

Bordeaux le 9 septembre 2009

Madame Monsieur,

C’est avec intérêt et beaucoup d’attention que j’ai consulté votre article du 6 septembre 2010 : « Monnaie de Paris à Pessac (33) : l’exposition au chrome est reconnue comme faute inexcusable de l’employeur »

Je me félicite des conclusions de cette audience du tribunal des affaires de sécurité sociale de Bordeaux. Elle démontre une fois encore en plein débat sur les retraites et la pénibilité, que les salariés sont malheureusement au cœur de l’actualité. Il est parfaitement reconnu que les expositions aux produits chimiques-cancérogènes-mutagènes amputent de 6 à 7 ans l’espérance de vie des personnes concernées.

Cette décision relative à l’exposition au chrome vient s’jouter aux 15000 condamnations pour faute inexcusables des employeurs consécutives à l’utilisation de l’amiante. Comme le précise l’article d’autres jugements viendront, toutefois cette première prise en considération  ne peut faire oublier que la problématique « amiante » est loin d’être à son terme.

Par la présente je voulais également faire remarquer qu’une erreur s’est glissée dans l’article. Ce n’est pas l’association  Allo Amiante qui est à l’initiative de cette procédure que nous partageons, mais l’association SOS monnaie et son président Alain Bernon.

Nous pensons qu’un rectificatif s’impose pour la compréhension des lecteurs mais également pour nos adhérents respectifs : ceci sans aucune polémique puisque nous oeuvrons ensemble avec d’autres organisations pour la défense des victimes de l’amiante et que des membres de l’association SOS monnaie ont siégé au sein du bureau de notre association.

Je souhaite conclure cette intervention pour rappeler avec force qu’Allo Amiante s’inscrit totalement dans le débat sur les retraites et plus particulièrement sur l’axe relatif à la pénibilité. Les conclusions et nouvelles propositions gouvernementales qui consistent à abaisser à 10% le taux d’incapacité permettant aux salariés de bénéficier d’une retraite à 60 ans ne nous satisfait pas. En restant sur une incapacité médicalement constatée, le gouvernement exclut des milliers de travailleurs exposés à des conditions de travail réduisant leur espérance de vie comme nous le précisons ci-dessus.

En espérant que vous pourrez transmettre ces précisions soyez assuré de mes meilleurs sentiments

Georges ARNAUDEAU président Allo Amiante

 

 

 

Tag(s) : #Notre actualité

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :