Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Témoignage et réactions de la famille après le jugement de Bruxelles

Ce 28 novembre est un jour historique. Il arrive donc qu’un pot de terre puisse gagner, même dans notre pays qui détient la peu honorable place de premier consommateur de l’amiante par habitant dans le monde !

En 1906, un certain Alphonse E. achetait le brevet Eternit qui liait le ciment et l’amiante. On nous a fait croire que c’était un mariage parfait, que l’amiante pouvait être extrait et produit de façon « sécuritaire ». Devenu un fleuron de l’industrie belge, l’amiante transfomé dans les usines Eternit de Kapelle, d’Harmignies et dans une multitude d’autres sites de productions répartis aux 4 coins de la planète a permis à cette famille d’accéder au rang de quatrième fortune de notre pays.

Cela a pu perdurer durant 105 années sans que les amianteurs soient trop dérangés dans leurs agissements et petits arrangements. Mis sur pied dès les années 20, un puissant lobby pro-amiante dont Kapelle abritait le siège, devint maître dans le chantage à l’emploi, la manipulation de la recherche, les campagnes de désinformation et la séduction du monde politique. Hélas c’était sans compter l’énorme coût humain que la production de l’amiante devait entraîner. Nous sommes en 2011 et il temps que les responsabilités des millions de morts passés, présents et à venir soient enfin déterminées. Sans doute plus de 200000 décès par an dans le monde sont dus à l’amiante, 8 à 900 en Belgique, 7 dans notre petit bout de Bormstraat à Kapelle, Pierre, Pierre-Paul, Stéphane et Françoise dans notre famille.

Si le jugement à pu nous être favorable, c’est grâce à la détermination, la confiance et l’entraide qui ont pu s’établir entre les réseaux internationaux d’avocats et les associations de défense de victimes. Ne perdons pas de vue que c’est aussi et surtout parce que Françoise refusa l’offre que lui fit le CEO d’Eternit qui tenta d’acheter son silence au prix de 42000€ !

Justice est à présent rendue, cette condamnation nous touche et quelque part nous émeut. Oui, ils savaient que l’amiante pouvait nuire, mais seule la santé de leur portefeuille importait. Nous, les orphelins de Pierre et Françoise Jonckheere, nous ne sommes nullement animés par un esprit de vengeance. Il a fallu réapprendre à vivre sous cette épée de Damoclès et cohabiter avec la pieuvre qui vit en nous. Nous voulons éveiller les consciences, dénoncer ces dénis, arrêter l’omerta qui règne sur Kapelle qui est devenue au fil des temps un véritable « doof pot ». Penchons-nous aussi sur la situation dramatique des travailleurs encore exposés à ces fibres de mort dans les nombreux pays où ce minéral n’est pas encore banni. Restent les indispensables améliorations à apporter au Fond Amiante. Nous demandons, entre autre, que cesse l’octroi automatique de l’immunité que doit donner la victime qui souscrit à ce Fond. Aux politiques de prendre leurs responsabilités. Il est impératif que La Belgique prenne le leadership dans la recherche d’une cure contre les mésothéliomes !

J’espère que les descendants d’Alphonse Emsens auront le courage de se lancer dans un nécessaire examen de leur conscience. Tous ces mensonges, toutes ces vies perdues… Je formule l’espoir que l’âme qui les anime les guidera vers un renoncement total à l’amiante et vers un intérêt accru pour le sort des victimes.

Eric Jonckheere,
Co-Président de l’Abeva

Tag(s) : #L'international

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :