Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Tribunal des Affaires de la Sécurité Sociale de Bordeaux

19 février 2010 : dossier presse

 

Nous sommes rassemblés aujourd’hui 19 février 2010 pour accompagner Jean Marc Lopez ancien salarié de l’entreprise Ponticelli de Bassens.

 Jean Marc a travaillé pendant 39 ans dans cet établissement et comme ses nombreux collègues sédentaires ou intérimaires il a été en contact avec l’amiante donc fortement exposé. Une exposition incontestable puisque l’usine à été reconnue à risque et, classée comme telle dans les listes gouvernementales. Ce classement permet aujourd’hui aux employés, sauf les intérimaires ce qui est déjà une première injustice, d’accéder au processus de  l’ACAATA.

Résultat des courses Jean Marc comme d’autres est porteur d’une pathologie de l’amiante.

Paradoxalement, en regard du fait d’avoir travaillé durant près de 40 ans dans une entreprise reconnue polluante il est dans l’obligation de venir prouver aujourd’hui que son ancien employeur a commis une faute inexcusable. L’employeur ayant fait la sourde oreille à toute négociation à l’amiable. C’est justement parce que cela nous paraît inexcusable que nous sommes venus si nombreux.

Je viens d’évoquer l’ACAATA, est ce  normal que des salariés qui ont une baisse d’espérance de vie due au travail (estimée à  7 ou 8 ans), cesse leur activité avec pour certains l’incapacité de vivre correctement ? Pire, d’autres les plus faibles, ne partent pas pour raisons financières. Comment vivre aujourd’hui avec 65% d’un petit salaire ? Nous disons NON !

Cela  ne semble pas être de l’avis du ministre du travail dont le hasard fait qu’il soit candidat aux prochaines élections dans notre région. Ce n’est pas son avis, puisque monsieur X Darcos a promu dans la nuit du 31 décembre un décret qui remets en cause les quelques avancées obtenues en Aquitaine sur le sujet. Il convient de souligner la position positive prise par la CPAM de Gironde et la CRAMA avant la sortie de ce décret. Nous réclamons ce qui nous paraît être juste mais nous savons garder notre objectivité.

Nous affirmons que nous soutenons la justice de notre pays. Si une réforme est souhaitable elle ne doit pas être prétexte au démantèlement. Nous sommes pour le maintien du juge d’instruction et l’indépendance de la justice. Nous redoutons pour les justiciablesla carte judiciaire synonyme de suppression de tribunaux, que l’on nous propose ou plutôt que l’on nous impose avec des vrais faux débats label de l’ère du président Sarkozy et du gouvernement en place. La encore nous disons NON !

 

Manif Bx 19 02 2010 004

En d’autres termes nous réclamons, avec l’ensemble du réseau de l’ANDEVA avec les organisations syndicales et avec tous ceux qui pensent que justice doit être rendue, plus de moyens aux pôles de santé publique et à l’OCLAESP pour que le procès pénal amiante attendu en France depuis près de 15 ans voit enfin le jour.

Cela n’a que trop duré : sans avoir encore atteint le pic maximal annoncé par les spécialistes, le nombre des victimes de l’amiante se multiplie, de nombreux salariés sont encore exposés, l’élimination des produits amiantifères traîne ou est faite dans de mauvaises conditions faisant courir un danger latent aux intervenants et aux populations. 73 décès pour la seule association Allo Amiante depuis sa création. Que faut ‘il attendre encore ?

L’amiante n’est pas une catastrophe naturelle, le minéral a été utilisé quoiqu’en disent certains en pleine conscience. Si la réparation civile doit être rendue comme pour Jean MarcLopez aujourd’hui, seul un jugement devant le pénal provoquera un peu plus de réflexion à certains employeurs.

 Un procès pénal servira d’exemple et permettra à coup sur de démontrer que l’appât des bénéfices sans se soucier des conséquences humaines n’est pas une valeur du 21ème siècle,  Une valeur que nous ne  pouvons pas partager. Un exemple par la crainte garant de la  mise en œuvre d’une efficace politique de prévention.  Car il n’y a pas que l’amiante.

Pourquoi changer ? Pourquoi  investir dans la prévention si les responsables, les empoisonneurs du travail peuvent continuer à vivre heureux donc cachés !

Nous allons rentrer calmement en silence dans le tribunal. En ayant en mémoire tous les disparus de l’amiante c’est aussi pour eux que nous sommes là.

     Manif--Bx--19-02-2010-012.jpg

·    Le 5 mars : deux adhérents d’Allo Amiante seront également convoqués : Dossier d’un ancien salarié de la SNPE et dossier d’un ancien salarié des Ets Tissot    

·         Le 19 mars : ce sera quatre nouveaux dossiers qui seront défendus comme aujourd’hui par les avocats du cabinet Ledoux : 2  SNPE encore, un contre le ministère des armées, le quatrième contre l’entreprise Soferti   je vous invite à les accompagner.

·         Lorsque l’on affirme que tous les secteurs ont été « touchés » nous ne sommes pas éloignés de la vérité. Pourtant d’autres dans les BTP, des artisans et d’autres encore sont encore à la marge du suivi médical amiante.

·         Enfin en juin une manifestation régionale sera organisée devant le tribunal de Mt de Marsan à l’occasion de l’audience de plusieurs victimes des papèteries  gasconnes.

 

Manif--Bx--19-02-2010-007.jpg
Tag(s) : #Notre actualité

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :