Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le 29 mars les magistrats, inquiets pour l'organisation future de la justice de notre pays, poursuivent leur mouvement de protestation: Allo Amiante et collectif du Sud Ouest apportent leur soutien:          Ci-joint le communiqué du collectif

  

Les Victimes de l'Amiante : solidaires des Magistrats et Personnels de Justice.

Le Collectif de Défense des Victimes de l'Amiante du Grand Sud-Ouest tient à apporter son soutien à l'action des Magistrats et Personnels revendiquant des moyens pour la Justice et des garanties pour son indépendance.

Ce Collectif, composé d'Associations de défense des victimes du réseau de l'Andeva et, de Structures CGT  du 16, 17, 24, 33, 40, 47 et 64 : Addeva 17, AlloAmiante 33, Cerader 16, Cerader 24, Cerader Albret 47, CMCAS Agen, CMCAS Bayonne, CMCAS Gironde, CMCAS La Rochelle, CMCAS Pau, CMCAS Périgueux, Collectif de Mimizan, UL Cgt Morcenx, USR Cgt 33, peut témoigner du manque chronique de moyens et des attaques que subit notre système judiciaire :

- au TASS, les retards peuvent atteindre 2 à 3 ans,

- au Pénal, la plainte déposée le 24 avril 1998 auprès du Tribunal de Grande Instance de Mont de Marsan, (13 ans aujourd'hui), transférée au Pôle Judiciaire de Santé Publique le 28 Septembre 2005, n'est toujours pas instruite ; tout comme celle, déposée à Dunkerque en 1997. Nous sommes toujours dans l'attente d'un procès pénal amiante. Le Pôle Judiciaire de Santé Publique de Paris n’est pas en mesure d’instruire correctement les plaintes déposées par les victimes.

  Par ailleurs, les lenteurs de procédures, insupportables pour des malades ou pour des familles endeuillées, nécessiteraient davantage de moyens.

  Or, les réformes successives de la justice, les perspectives annoncées, les diverses attitudes et déclarations gouvernementales ne vont pas dans le bon sens :

- volonté de supprimer les juges d’instruction, laissant les enquêtes pénales dans les mains des procureurs de la république, mettant ainsi en cause les droits et moyens de la défense et l’indépendance de la justice vis à vis du pouvoir politique,

- volonté d’éloigner les justiciables des lieux de jugements des dossiers par la suppression de nombreux tribunaux, TASS et prud’hommes. Ces tribunaux, déjà engorgés, verront les délais de mise au rôle des dossiers s’allonger encore,

- remise en cause inqualifiable des jugements de la cour de cassation par des décrets ministériels, comme c’est le cas pour le calcul des allocations ACAATA,

- volonté de supprimer des postes dans l’administration de la justice qui vont eux aussi retarder la préparation des audiences et les rendus de jugements, tout cela dans une logique de réduction des dépenses publiques sans égard pour l’intérêt des victimes.

La France, Etat de droit, doit garantir à tous et en particulier aux plus faibles, aux malades, l’accès à la justice en maintenant les juridictions de proximités, en fournissant à cette justice les moyens nécessaires (humains, matériel et financiers). A l'occasion de la nouvelle initiative du 29 Mars, le Collectif de Défense des Victimes de l'Amiante du Grand Sud-Ouest soutient donc l'action des Magistrats et Personnels revendiquant des moyens pour la Justice et des garanties pour son indépendance.

 

 

 

 

 

Tag(s) : #Justice

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :